Le web est ma passion, son développement mon métier. A travers ce blog, je partage mon regard de jeune entrepreneur sur les nouvelles technologies.

Lectures recommandées
Derniers articles
Rechercher

Les premiers pas, pour administrer votre serveur en toute sérénité

Dans ce premier article, abordons ensemble les premières bases, pour administrer facilement votre serveur à distance, depuis votre poste de travail. Aucune interface graphique, tout sera directement réalisé en ligne de commande.

Tous mes articles sont basés sur un serveur d’exemple, nommé exemple.ilonet.fr, tournant sur Debian Etch. Pour le moment, cette distribution est entièrement nue, c’est à dire qu’aucun logiciel n’est installé dessus, il n’y a juste que le strict minimum.

Les commandes seront lancées à partir du compte root. Pour information, cet utilisateur possède le maximum de privilèges, c’est le super-administrateur du système. Normalement vous avez du choisir son mot de passe lors de l’installation de votre serveur.

Sommaire

I. Connexion à distance, par SSH

Pour commencer, il est nécessaire de vous connecter au serveur, depuis votre poste de travail, en utilisant SSH, un protocole fiable et sécurisé. Pour cela, commencez par installer un client SSH, sur votre porte de travail.

Connexion SSH sous Linux

Votre poste de travail tourne sous Linux ? Le meilleur client SSH est, selon moi, la console.

Sous Gnome, vous la trouverez dans Applications > Accessoires > Terminal.

En revanche, sous KDE, elle se cache sous K > Système > Konsole.

Une fois ouverte, tapez simplement la commande suivante, en remplaçant exemple.ilonet.fr par le nom de domaine ou l’adresse IP associé à votre serveur :

ssh root@exemple.ilonet.fr

Une fois la commande lancée, entrez simplement votre mot de passe root. Il est parfaitement normal qu’aucun caractère ne s’affiche à l’écran lorsque vous tapez votre mot de passe : c’est une sécurité, pour éviter que des regards indiscrets comptent le nombre de caractères contenus dans votre mot de passe.

Et oui, l’arrière plan de ma console est noir : c’est bien plus agréable pour les yeux, surtout le soir, fatigué, après de longues heures derrière un écran.

Connexion SSH sous Windows

Vous pouvez utiliser le logiciel gratuit Putty, téléchargeable depuis le site officiel. Il est relativement léger, et plutôt simple à utiliser : il vous suffit d’entrer l’adresse du serveur, comme le montre l’image ci-dessous, et de valider.

On vous demande alors votre login. Tapez root. Puis on vous demande le mot de passe correspondant. Entrez le. De la même manière, il est parfaitement normal qu’aucun caractère ne s’affiche à l’écran lorsque vous tapez votre mot de passe : c’est une sécurité, pour éviter que des regards indiscrets comptent le nombre de caractères contenus dans votre mot de passe.


Une fois connecté, vous pouvez agir directement sur votre serveur, comme si la machine était à portée de main. A partir de maintenant, toutes les commandes que vous taperez seront exécutées sur le serveur.

II. Les premières commandes

Voici quelques commandes de base, pour prendre en main le système. Pour avoir plus d’informations sur une commande, tapez man suivi du nom de la commande. Par exemple, pour afficher la documentation de la commande date, il vous suffit simplement de taper :

man date

La documentation s’affiche alors :

La votre n’est peux être pas aussi belle que la mienne : pour les plus curieux, l’installation du paquet most permet d’obtenir un manuel en couleur. Vous apprendrez comment faire dans la suite des articles.

Pour quitter, utilisez simplement la touche « q » de votre clavier.

Modifier le mot de passe root

Si votre mot de passe root a été attribué par défaut, il est peut être pratique de le changer par celui de votre choix. Pour cela, entrez simplement la commande suivante, puis suivez les instructions :

passwd root

Changer de répertoire

La commande cd, abréviation de Change Directory, permet de changer de répertoire.

# Se déplacer dans le dossier racine
cd /

# Se déplacer dans le dossier «sousrepertoire», contenu dans le dossier courant :
cd  sousrepertoire

# Se déplacer dans le dossier parent
cd ..

Lister le contenu d’un dossier

La commande ls, abréviation de list, permet de lister le contenu d’un dossier.

# Liste des fichiers contenus dans le dossier courant
ls

# Liste des fichiers contenus dans le dossier racine /
ls /

La commande ls présente quelques options intéressantes. Les options, ou paramètres, permettent de jouer sur l’affichage des fichiers (affichage détaillé ? trier les fichiers ? afficher les fichiers cachés ? etc.) Généralement composés d’une seule lettre, ils sont placés après la commande, précédés par un tiret. Par exemple, l’option « l » de la commande ls permet d’avoir un affichage détaillé, tandis que l’option « a » permet d’afficher les fichiers cachés.

# Liste détaillée des fichiers contenus dans le dossier courant
ls -l

# Liste détaillée des fichiers contenus dans le dossier /var/
ls -l /var/

# Liste des fichiers, en incluant les fichiers cachés, contenus dans le dossier courant
ls -a

# Liste détaillée, en incluant les fichiers cachés,  des fichiers contenus dans le dossier courant
ls -al

Créer ou modifier un fichier

Sous linux, il existe de nombreux éditeurs de fichiers en ligne de commande. Mon préféré est sans aucun doute nano, mais vous pouvez choisir d’utiliser vi, vim, pico ou encore emacs, selon votre préférence.

Pour modifier un fichier, tapez simplement la commande suivante :

nano nomdufichier

ou encore :

pico nomdufichier

Si le fichier n’existe pas, il sera créé. Vous pouvez ensuite le sauvegarder facilement en utilisant le raccourcis clavier ctrl + x. De nombreux raccourcis claviers existent, je vous laisse consulter l’aide (ctrl + G) pour plus d’informations.

Copier ou déplacer un fichier

La commande cp, abréviation de copy, permet de créer une copie d’un fichier, dans le même repertoire ou dans un autre. Cette commande n’affecte pas le fichier original.

# Faire une copie d'un fichier dans le même répertoire, sous le nom de nouveau_fichier
cp ancien_fichier nouveau_fichier

# Copier le fichier dans un autre répertoire, en conservant le même nom
cp ancien_fichier monrepertoire

# Copier le fichier dans un autre répertoire, sous le nom de nouveau_fichier
cp ancien_fichier monrepertoire/nouveau_fichier

La commande mv, abréviation de move, permet quant à elle de déplacer (ou renommer) le fichier. Le fichier original est donc effacé. Elle s’utilise de la même manière que la commande cp.

# Renommer un fichier dans le même répertoire, sous le nom de nouveau_fichier
mv ancien_fichier nouveau_fichier

# Déplacer le fichier dans un autre répertoire, en conservant le même nom
mv ancien_fichier monrepertoire

# Déplacer le fichier dans un autre répertoire, sous le nom de nouveau_fichier
mv ancien_fichier monrepertoire/nouveau_fichier

Supprimer un fichier, ou un répertoire

La commande rm, abréviation de remove permet de supprimer un fichier, tandis que la commande rmdir supprime un répertoire vide :

# Supprimer un fichier
rm monfichier

# Supprimer un répertoire
rmdir monrepertoire

J’insiste bien, rmdir permet de supprimer un répertoire seulement s’il est vide ! Pour supprimer un répertoire, avec tous les fichiers qu’il contient, utiliser l’option « r » (recursive) :

# Supprimer un répertoire, et tous les fichiers/répertoires contenus dans ce dernier
rm -r monrepertoire

Créer un dossier

La commande mkdir permet de créer un dossier. Voici son fonctionnement :

# Créer un répertoire
mkdir monrepertoire

Nous venons de faire le tour des principales commande. Sous Linux, il en existe une multitude. Toutes les énumérer ici est impossible, je vous les présenterai au fur et à mesure, lorsque nous en aurons besoin.

Conclusion

Une fois connecté à votre serveur, je vous encourage vivement à travailler les commandes de base présentées dans cet article. Amusez-vous à créer des dossiers et fichiers de test, modifiez les, déplacez les, supprimez les… Et n’hésitez pas à consulter l’aide, au moyen de la commande man, pour plus de renseignements.

Dans un prochain chapitre, nous découvrirons comment maintenir votre distribution Debian, en la mettant à jour facilement et régulièrement. Par la même occasion, vous apprendrez comment installer un logiciel.

Pingbacks

Vous parlez de cet article sur votre blog ? Faites un trackback.

Laisser un commentaire

Balises HTML autorisées : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>